Par Karoline Girouard
Moins de 24h avant ce qui sera peut-être une fatalité!
Le temps s’est écoulé tellement lentement depuis la dernière semaine… 24h, tic tac… Je souffre! Je suis complètement déboussolée… Il n’y a plus de chemin devant moi, seulement un rond point qui ne finit plus… J’y sortirai demain matin du rond point, mais dans quel état? Anéantie? Heureuse? Incertaine? Honnêtement, je ne le sais pas… et de ne pas savoir me fait vraiment perdre le contact avec la réalité! Je n’ai jamais été aussi longtemps dans cet état de déséquilibre! Je suis perdue! J’ai les nerfs à fleur de peau, le cœur qui saigne sans pouvoir le réparer… Dis-moi, que restera-t-il après de la femme que je suis, de l’être que tu es! Je ne sais pas, ton père ne le sait pas, Dieu s’en doute peut-être? Qui sait? Qui sait ce qui restera de nous? De toi? De moi?
Tu fais partie de ma vie depuis 8 semaines et 5 jours… seulement 8 semaines… Depuis 8 semaines, quotidiennement je me demande, seras-tu une fille ou un garçon? Quel prénom je vais choisir pour toi? Seras-tu blond comme maman ou brun comme papa? Me ressembleras-tu ou tu ressembleras à papa? Quelle maison choisirons-nous pour t’accueillir ici bas? Seras-tu curieux? Aimeras-tu apprendre? Ta sœur t'aimera-t-elle autant que toi tu l’aimes? Feras-tu de grandes études? Qu'aimeras-tu?
Une fois que toutes ces questions se bousculent dans ma tête, viennent ensuite toutes les premières fois… Notre première rencontre, tes premiers pleurs, notre premier contact, ton premier sourire, notre premier fou rire, la première fois que tu diras maman, papa… Tes premiers pas, ton premier jour à la garderie, ton premier jour d’école puis ton bal des finissants… et puis toutes ces autres fois auxquelles nous n’aurons peut-être jamais droit!
J’ai le cœur qui est rempli de cicatrices de mon passé… Depuis une semaine, de nouvelles blessures se sont formées sur mon cœur, elles se cicatriseront demain ou elles deviendront plus grandes, plus profondes… Je vais devoir faire preuve de résilience, de force et de courage, peu importe les pronostics, ma vie… Notre vie sera changée à jamais…
Tic, tac, tic, tac… le temps s’écoule encore et toujours… J’ai peur… je suis complètement désemparée… tic, tac, tic, tac… le temps avance… les phrases de cet oiseau de malheur restent aussi omniprésentes… il n’y a pas de cœur… nous lui donnons une semaine, car il est tout petit, mais les chances sont minces… tic, tac… dans 12h, nous serons fixés… tic, tac… j’ai tellement pas envie que ce soit de mauvaises nouvelles… j’attends que le temps passe en suppliant Dieu d’être indulgent! Tic, tac… tic, tac… le temps se fige… tic, tac… tic, tac… mon cœur se brise… L’heure fatidique est là, les pronostics sont contre toi, contre moi, contre nous! Tu n’es plus là, ton petit cœur ne bat plus… le mien se fige et se brise… tic, tac… L’oiseau de malheur m’a expliqué que ce qui était supposé te protéger t'a en fait tué! Tic, tac… tic, tac… Tu deviens un souvenir bon et mauvais à la fois…
Notre vie à quatre aurait sûrement été merveilleuse, mais nous serons trois pour le moment et toi tu veilleras sur nous de là-haut! Tu devais être vraiment merveilleux pour que Dieu te garde si près de toi…
Tu n’auras été qu’avec nous 8 semaines et 6 jours finalement, mais toute ma vie, je te porterai dans mon cœur puisque je n’ai pas pu le faire de mon ventre! Je me sens vide, les cicatrices sont malheureusement plus profondes et mon cœur, ma tête aussi aura besoin de temps, d’amour et de force pour que je puisse tourner la page sur ce chapitre obscur de ma vie… Je t’aimais déjà tellement, je te souhaitais si ardemment, je te désirais plus que tout au monde… c’était malheureusement une fatalité… Jamais je ne pourrais t’oublier… Je t’aime petit ange! Maintenant quand je regarderai le ciel, je sais que l’étoile la plus brillante dans le ciel sera la tienne. Au revoir! 
Ta ''mamange'' 
Karoline Girouard

0 commentaire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas divulguée

Les commentaires seront approuvés avant publication.